Les habitants nous partagent leur intimité grâce à Raymond Depardon

Les habitants nous partagent leur intimité grâce à Raymond Depardon
Les habitants, Raymond Depardon © Palmeraie et désert/ France 2 cinéma

Les habitants nous partagent leur intimité grâce à Raymond Depardon

Raymond Depardon, grand photographe, réalise un film documentaire sur des habitants de différentes villes de France. Du Nord au Sud. En tout, quinze villes et cent quatre-vingt personnes rencontrées et filmées.

Raymond Depardon décide de poser sa vieille caravane sur des parkings, ou sur des places dans des villes et d’y inviter toutes les personnes qu’ils rencontrent et qui ont 30 mn à lui consacrer. Enfin, pas vraiment à lui, mais à sa caméra.
Rien de spécial dans sa caravane : juste une table, deux tabourets et une caméra qui filme les couples de profil, devant la grande fenêtre de la caravane qui donne sur la rue.
On voit défiler toutes sortes de couples, des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, des hommes et des femmes. Ils parlent, comme si la caméra n’était pas là. Avec leurs accents, leurs expressions, qu’on ne comprend pas toujours… Le seul point commun qu’ils ont tous : ils sont français.
Ils sont dans la caravane, face à face. Près de la fenêtre de l’arrière de la caravane. Ils se confient leurs vies, avec leurs problèmes, leurs souffrances ou leurs joies, ou leurs conquêtes. Des paroles futiles ou essentielles. Sans aucun rapport entre tous.

Un beau panel représente la France, celle que l’on ne montre pas. Des femmes divorcées, ou en instance de divorce, des femmes battues et qui le disent, des jeunes garçons qui passent le Bac et qui ont peur d’entrer dans le monde adulte, des hommes, le père et le fils, la mère et le fils mal barré, ou les deux meilleurs potes de lycée… Bref, des personnes qui se parlaient dans la rue et qui continuent leur conversation dans la caravane. A travers eux, les réflexions surgissent. Et les questions aussi. Ils parlent de tout : quelquefois de leur ville, d’autres de leurs désirs, de leurs difficultés, de leur solitude… Mais aussi de leur amour !
C’est tellement simple comme film, tellement naturel qu’il est difficile d’en parler. Ce film se vit, se ressent au plus profond de soi. On ne se sent plus tout seul à traverser nos galères ! Raymond Depardon se cache derrière la caméra et on a vraiment l’impression que chaque interlocuteur l’oublie totalement. Ils se retrouvent dans un endroit où il est possible de tout se dire, dans la plus stricte intimité. Dire ce que l’on a envie au moment où l’on en a envie. Sans réserve. Avec une sorte de sincérité troublante. Un brin de confession. Comme pour se soulager de tant de souffrances. Il faudrait que nos politiques voient ce film pour se rendre compte de la vie quotidienne des français, des pensées de ces français en qui chacun de nous peut se reconnaître.
Un pur bijou ! Entre chaque ville, on traverse la France sur les belles routes de campagne, et on reprend notre respiration, sous une musique magique d’Alexandre Desplat … Au générique de fin, les villes choisies sont enfin dévoilées.

Petite anecdote : J’ai vu le film à Bayonne. Et dans la salle, durant la projection, une de mes voisines a dit : voilà, là, c’est Strasbourg ! Et en fait, c’était Bayonne !!! Comme quoi, non seulement on connaît mal sa région, mal son voisin mais on ne reconnaît même pas sa ville !
Les habitants, un film à découvrir absolument !

SYNOPSIS ET INFOS

Les habitantsRaymond Depardon part à la rencontre des Français pour les écouter parler. De Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg, il invite des gens rencontrés dans la rue à poursuivre leur conversation devant nous, sans contraintes en toute liberté.

Sortie : le 27 avril 2016
Durée : 1h24
Réalisateur : Raymond Depardon
Genre : Documentaire

BANDE ANNONCE

Note
Originalité
Réalisation
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here