Une Marie-Antoinette troublante face aux affres de l’histoire de France sur la scène du lucernaire

Marie-Antoinette
Marie-Antoinette, mise en scène de Sally Micaleff, Le Lucernaire

Une Marie-Antoinette troublante face aux affres de l’histoire de France sur la scène du lucernaire

Le personnage de Marie-Antoinette n’a jamais cessé de faire fantasmer auteurs et réalisateurs. Sofia Coppola en a récemment fait un personnage troublant dans un long-métrage onirique. Evelyne Lever a choisi de se baser sur les écrits de la reine de France pour coller au plus près de ses affects et de ses sentiments. Fabienne Périneau l’interprète dans un seul en scène qui monte crescendo jusqu’à l’issue fatale commandée par le Tribunal Révolutionnaire. Les élans de joie alternent avec la dure réalité d’un exil douloureux loin de ses terres autrichiennes. La comédienne fait vivre un petit bout de femme de 15 ans forcée d’épouser un inconnu destiné à prendre la tête du plus grand royaume d’Europe.

Une histoire de femme

L’heure et quart de spectacle choisit de modifier du tout au tout la perception d’une héroïne de l’histoire de France. De frivole et inconséquente, elle se change en animal politique tentant par tous les moyens de sauvegarder une monarchie française mise en péril par la révolution du peuple. Sortie à 15 ans du cocon protecteur de la famille royale autrichienne, c’est au pire ennemi qu’elle est livrée pour un mariage d’intérêt comme il en arrivait si souvent entre les familles royales du XVIIIe siècle. D’ingénue et naïve, la future reine de France se métamorphose au contact de la solitude prolongée et du désintérêt de son mari. L’histoire contée par la pièce gagne en intensité au fur et à mesure des évènements. De 1770 à 1793, l’eau se change en torrents et la jeune fille d’abord naïve téléguidée par la cour d’Autriche saura se changer en reine de France décidée aux côtés d’un Louis XVI dépassé par les évènements. Les fans d’histoire y trouveront leur compte, entendant des noms rentrés dans la légende, Mirabeau, Necker ou Lafayette, c’est un panthéon historique qui semble défiler devant les yeux de l’assistance.

Un seul en scène intense et habité

La comédienne Fabienne Périneau navigue dans la mise en scène sommaire de Sally Micaleff. Un bureau, un divan et le centre de la scène lui servent à narrer les écrits mêmes de Marie-Antoinette. Elle doit compter sur son seul talent pour faire vivre les émois, les joies et les peines d’une prisonnière de l’étranger. Son rythme de parole oscille entre la description tragique et les incompréhensions. Enluminée d’une robe jaune grand siècle, elle fait dérouler les années avec une expérience de plus en plus significative. Loin des siens, elle apprend à gagner son indépendance pour faire finalement face aux tourments de la révolution française. Faciès tendu et paroles débitées à la mitraillette rendent compte d’une tension à son paroxysme. Entendre les mots d’une reine mal aimée et vouée au trépas glace le sang pendant un spectacle qui retrace la genre histoire via les mots d’une protagoniste privilégiée.

Marie-Antoinette est un one-woman show qui fait se pousser les spectateurs au fond de leurs sièges. La tension monte crescendo avec une interprétation habitée qui justifie des applaudissements finaux nourris!

Dates :  du 15 mars au 7 mai 2017, à 18h30 du mardi au samedi, 16h le dimanche

Lieu : Le Lucernaire (Paris)
Metteur en scène : Sally Micaleff
Avec : Fabienne Périneau

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu de l'actrice
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here